Pierre Lafon, un Républicain Lotois "enragé"

 

 

Né à Gramat en 1806, Pierre Lafon part exercer la médecine à Paris où il rencontrera le républicain Auguste Blanqui. Blessé lors des journées révolutionnaires de 1830, il est qualifié de «républicain enragé» dans un rapport de police. De retour dans le Lot, il crée «Le Radical», premier quotidien politique. Après la Monarchie de juillet et la révolution de 1848, il devient commissaire de la république du Lot, puis député. Proche de Victor Hugo et de Pierre Proudhon, il défend le suffrage universel mis à mal par les conservateurs. Le coup d’état de 1851 du futur Napoléon III le pousse à l’exil. Pierr Lafon défendra toute sa vie un idéal d’égalité et de justice sociale...

 

Comment se procurer cet ouvrage ?

Librairie Parenthèse à Saint-Céré (05 65 38 32 36)

Maison de la Presse de Saint-Céré

Maison de la Presse de Bretenoux

Librairie des Livres et Vous à Gourdon 05 65 41 29 09

Maison de la Presse de Gramat

edgar-auber@orange.fr

    

                                                                                

Une insurrection à Saint-Céré

Au moment du coup d'Etat du 2 décembre 1851

             

 

En décembre 1851, Louis Napoléon Bonaparte, président de la République, déclenche un coup d'Etat à Paris. En province, lorsque les événements parisiens sont connus, les socialistes se révoltent. A Saint-Céré, pendant trois jours (du 4 au 6 décembre), les Rouges (autre nom donné aux socialistes) et les conservateurs s'affrontent. Ces derniers l'emportent. La répression qui s'ensuit est impitoyable.


Comment se procurer cet ouvrage ?

Librairie Parenthèse à Saint-Céré (05 65 38 32 36)

Maison de la Presse de Saint-Céré

edgar-auber@orange.fr

 

visites